source, spiritualité, social

spiritualité et vie sociale
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pourquoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Pourquoi ?   Mar 29 Jan 2008 - 8:34

L’ouvrage qui suit, n’est ni banal ni surprenant. C’est un court passage de ma vie, qui bouleversa de façon irrémédiable toute mon existence. Mais avant de te raconter mon histoire, je vais tout d’abord te raconter la vie que j’ai eue depuis ma naissance.
Je suis né en 1957, à Paris

Tout a commencé un soir de mai 1976. Ce soir là, rien ne me laissait prévoir de ce qui allait arriver.
J’étais un jeune homme comme beaucoup d’autres. J’aimais sortir avec des amis, beaucoup d’amis. J’étais jaloux, je surveillais et suivais ma compagne sans qu’elle le sache. J’étais méfiant de nature et ne faisais confiance qu’en moi-même.
Tout a basculé un soir, c’était un vendredi. Nous avions l’habitude, avec une bande de copain, de partir à Rungis. Là bas, nous étions environ mille motards à prendre les routes des hall de Rungis, pour un circuit, comme on pourrait en voir au Mans ou au Bol d’Or.
J’ai pris ma moto vers 19h10, je suis parti chercher un copain puis, nous sommes allés en chercher d’autres, comme nous avions l’habitude de le faire. Malheureusement, cette fois là, personne n’a voulu venir avec nous. Nous sommes donc partis seul. A cette époque, j’étais chaudronnier tôlier. Cela aura son importance plus tard. Nous sommes donc arrivé à Rungis vers 21h00, nous avons regardé les motards qui faisaient des figures avec leurs engins puis, vers 21h45, j’ai commencé à avoir mal aux yeux. J’avais reçu des coups d’arc électrique au travail, lorsque je faisais de la soudure. Et cela m’avait brûlé les yeux.
Je commençais à très mal supporter la lumière. J’ai donc décidé de rentrer avant que ma vue ne baisse de trop. En prenant la route pour sortir de Rungis, j’ai eu un accident. J’ai percuté un autobus à plus de 110km/h.
Je ne me souviens plus de ce qui c’est passé ensuite. Je me rappelle seulement que j’étais entrain de regarder une femme du SAMU, elle était au-dessus d’un corps et lui pratiquait un massage cardiaque. Ce corps devait être le mien, mais je n’en avais pas conscience.
Je voyais tout les curieux qui regardaient mon corps d’un air triste et moi, je faisais comme eux. Je regardais tout autour de moi, mais je ne voyais rien, je ne voyais que les personnes qui m’entouraient. Comme si tout le reste avait disparu. J’ai certainement regagné mon corps car ensuite, j’ai repris connaissance à l’hôpital. J’étais sur un brancard, la mère de mon copain était à mon chevet et tentait de me rassurer sur mon état. Mon copain n’était pas très loin de moi, un drap nous séparait comme pour improviser un paravent. J’ai sûrement dû perdre connaissance car ensuite, je me suis retrouvé dans un bloc opératoire, mais tout me semblait étrange. Je n’avais aucune souffrance, je me voyais sur le brancard, le casque sur la tête, toujours avec mes habits de motard. Le personnel hospitalier était autour de moi, et découpait mes vêtements. J’avais beau leur dire d’arrêter, que mes vêtements coûtaient cher, rien à faire, ils faisaient comme si ils ne m’entendaient pas.
Je les entendais, mais n’arrivais pas à comprendre ce qu’il disait. Soit leurs voies passaient au ralenti, soit en accéléré. Le temps entre eux et moi était différent, il me fallait un temps d’adaptation pour me mettre à leurs vitesses d’action et de parole. Au bout d’un moment, j’ai commencé à entendre ce que le personnel disait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Suite 1   Mar 29 Jan 2008 - 8:35

Visiblement, ils étaient assez pressés autour de moi, j’avais l’impression de regarder un film. Il y avait trois infirmières et deux médecins. Je voyais une machine qui indiquait un électrocardiogramme plat et un encéphalogramme plat aussi. Le médecin disait à une infirmière de ce dépêcher de me couper mes habits. Il avait deux pinces électriques dans les mains et attendait.
C’est alors que je me suis rendu compte que je ne regardais pas un film, mais que j’étais bien au-dessus d’un corps qui devait être le mien. Je me suis senti monté jusqu’au plafond. C’était la même impression que d’être dans une piscine et de se laisser couler, sauf qu’au lieu de descendre, je m’élevais dans les airs. Je flottais au-dessus du sol, mon dos était environ à vingt centimètre du plafond. Je me déplaçais de droite à gauche, sur à peu prés vingt centimètre de distance, de la même façon que si on essayait de coller deux aimants l’un à l’autre, sans y parvenir. Mon dos n’arrivait pas à coller le plafond. Je suis resté là un petit moment, à regarder le personnel autour de ce qui devait être moi. C’est alors que toutes les images autour de moi et devant moi disparurent tout doucement, de la même façon que lorsque on regarde un film et que l’on passe d’une image à une autre, en faisant un fondu sur image. Je me sentis aspiré à travers le plafond, pour me retrouver dans un endroit qui ne m’était pas inconnu. Cet endroit était vide, il n’y avait rien, c’était comme dans un rêve, je me sentais flotter dans ce vide sans pouvoir poser les pieds à terre. J’avais beau regardé tout autour de moi, il n’y avait rien, c’était le noir total. Au bout d’un temps indéfinissable, j’ai tout de même eu l’impression de me trouver dans un tunnel. Un tunnel sans forme et sans parois. Rien ne pouvait me retenir.
Pour la première fois, je me sentais vivre. Je crois qu’il est très difficile de dire ce que je percevais, car il faudrait que la description vienne de mon âme.
Ce que je peux vous dire, c’est que je parcourais ce ‘tunnel’. Cet endroit n’avait rien de comparable. Il m’était à la fois inconnu et familier. Mon cerveau d’humain ne l’avait jamais vu, mais mon âme en connaissait les moindres recoins. J’avais la sensation de me retrouver chez moi. De revenir dans ma véritable demeure.
Plus j’avançais dans ce tunnel et plus ma vitesse s’accélérait. A quelle allure ! Je ne pourrais pas te le dire. Peut-être à la vitesse d’un piéton, du son, de la lumière ! Peut-être beaucoup plus vite encore. Je savais que c’était moi dans ce tunnel, mais je n’avais plus de chaire. Rien de mon être n’était humain, n’était terrestre. Je me sentais pur et libéré de mon corps. J’étais en pleine confiance. Je me laissais entraîner dans ce couloir sans vouloir en revenir. Pourtant, avec la réflexion d’un humain, ce couloir était noir, je laissais derrière moi mon amie, mes parents, mes frères et sœur !
Mais toutes ces pensées ne faisaient plus partie de moi. J’étais dans un état de bien être absolue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Suite 2   Mar 29 Jan 2008 - 8:37

Je voyais ou plutôt je sentais à l’infini, un petit point lumineux qui grandissait tout doucement. Je ne peux pas te dire combien de temps a duré ce voyage. Une seconde, une heure, un siècle ? Impossible de savoir, car le temps n’existait plus.
Le temps, est réservé à un corps qui vieillie, mais moi, je n’avais plus de corps terrestre. Je savais que c’était moi, je devais avoir un corps, mais je ne le sentais et ne le voyait plus.
J’aurais voulu rester dans ce tunnel jusqu’à la nuit des temps. Je me comparais à un bébé dans le ventre de sa mère. C’était tellement doux, je m’y sentais en confiance, vraiment jamais je n’aurais voulu le quitter.
Plus j’avançais, plus le point lumineux grandissait. Je n’avais pas l’impression d’aller vers lui, mais que c’était plutôt lui qui venait à moi. Je n’arrivais pas à définir si c’était moi qui avançais dans ce tunnel ou si c’était le vide qui se déplaçait autour de moi.
Ce qui était étrange, c’est que je sentais tous sans rien pouvoir distinguer de mes yeux, ni toucher de mes mains. Les informations me venaient à la vitesse de l’éclaire, sans que rien ne puisse les retenir.
La lumière grandissait de plus en plus, jusqu’à ce qu’elle m’ait envahi. Elle était toute autour de moi et en moi. Celle-ci se diffusait à l’infini, comme si l’océan et le ciel ne faisaient qu’un. Et moi, je flottais dans cette lumière qui m’emplissait d’amour et de paix. Elle était d’une luminosité extrême et pourtant je n’étais pas ébloui. J’avais l’impression de faire parti de cette lumière.
Plus le temps passait, plus elle pénétrait au plus profond de mon âme. Je peux dire aujourd’hui, que cette lumière n’était pas comme les autres, elle était vivante ! Elle était pleine d’amour et de vie, elle était elle et moi en même temps. Nous fusionnions ensemble d’un amour inconditionnel, sans limite et sans attente et sans contrainte.
Après un moment, j’ai senti des êtres de lumière qui m’entouraient. Ils étaient placés en arc de cercle sur mon côté droit, ils m’observaient, m’étudiaient, me questionnaient. Ils essayaient de percer ma personnalité pour savoir qui j’étais. Non pas pour me juger, mais plutôt pour savoir si j’étais un membre de leur famille ou un ami.
Ces êtres de lumière dégageaient énormément d’amour et beaucoup de curiosité. Ils ne m’observaient pas, ils regardaient à travers moi. Je pouvais sentir leurs âmes, j’avais même l’impression de distinguer qui ils étaient. Hommes, femmes enfants et vieillards. J’arrivais moi aussi à lire à travers eux, sans vraiment savoir pourquoi ils étaient là.
Tout doucement, derrière eux, est arrivé un être de lumière dont le rayonnement était beaucoup plus puissant que les autres. Sa luminosité était extraordinaire. Il ressemblait à un soleil, mais en beaucoup plus blanc. De cette boule d’énergie, se dégageait des rayons, un peu comme les rayons du soleil. Mais chaque rayon était un rayon d’amour, un rayon vivant. Il ne cherchait pas à savoir qui j’étais, car j’avais l’impression qu’il le savait déjà. J’avais même la sensation de l’avoir toujours connu. Je sentais en lui beaucoup de sagesse et de paix. Il est resté un petit moment devant moi puis, m’invita à le suivre. Sans que je puisse m’y soustraire, je l’ai accompagné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Suite 3   Mar 29 Jan 2008 - 8:39

Je me suis déplacé à ses côtés, je n’étais plus un homme, mais j’étais tout comme lui, une boule de lumière. Nous nous déplacions ensemble l’un à côté de l’autre. Nous ne marchions pas, mais nous volions à une allure qui me paraissait très rapide. Il m’a fait visité le monde dans lequel je pense je serais lorsque je serais avec eux pour tout le temps. J’ai vu un monde où se trouvait une foule de personne en perdition. Ses personnes erraient sans savoir où aller, elles avaient l’impression d’être perdu. D’autre être de lumière les entouraient, mais ceux-ci ne les voyaient pas. Ils étaient tous seul parmi les autres, J’avais l’impression qu’ils ne se voyaient pas entre eux. L’être de lumière m’avais fait visiter le bas astral, comme on l’appel, et les personnes qui s’y trouvaient, étaient les ‘âmes perdues’.
Nous avons quitté cet endroit pour nous retrouver dans un monde beaucoup plus agréable. Je voyais beaucoup d’être de lumière, pas plus gros qu’une luciole. Ils étaient innombrables et descendaient sur la terre, en tournoyant Comme une spirale. L’être de lumière m’avait fait comprendre que c’était des âmes qui allaient prendre vie sur terre. Je sentais le bonheur que ressentait chaque âme à descendre sur terre.
J’ai parcouru plusieurs planètes avec lui, j’avais la sensation de faire partie intégrante de l’univers. J’ai vu des plaines entières, couverte de fleurs et d’herbe d’un vert que l’on ne connaît pas sur terre, les fleurs avaient aussi des couleurs chatoyantes. Des grandes plaines étaient pleines de jeux de toutes sortes. De nombreux enfants y jouaient, ils étaient sous la surveillance d’être de lumière. Mon guide m’a fait comprendre que ses enfants étaient là pour s’habituer à leur nouvelle vie. Certain passaient directement dans la vie spirituelle, mais que beaucoup d’autres avaient besoin d’un temps d’adaptation.
Nous sommes revenus ensuite à notre point de départ où devant moi se trouvait un grand vide. Comme une barrière d’où l’on ne revient jamais. La luminosité n’était plus la même, elle était nettement moins intense. J’avais la sensation de me trouver devant un téléviseur sans écran. Et là, j’ai vu ce retracer toute ma vie, de ma plus tendre enfance, jusqu’à mon accident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Suite 4   Mar 29 Jan 2008 - 8:41

Mais le plus étrange, c’est que je ne voyais pas les scènes se dérouler comme j’aurais pu les regarder sur un écran, je les sentais. (Je sais que je répète souvent le mot de «sensation », mais je ne trouve pas de mot terrestre pour exprimer mon expérience céleste) Je percevais l’âme des personnes qui avaient croisé ma vie. J’étais à leurs places, je ressentais le bien et le mal que j’avais pu leurs faires. Leurs souffrances physiques et morales.
Ce fut un moment très pénible et douloureux, car je vis combien un être pouvait souffrir ou être heureux à cause de moi. C’est une bonne leçon que m’avait donnée l’être de lumière, car j’ai compris combien il était aisé de faire le bien ou le mal. Une fois la douleur de mes mauvaises actions passées, j’ai ressenti un grand bonheur, car je me sentais beaucoup plus léger j’avais compris ce que j’avais fais, je connaissais maintenant le chemin à suivre pour être meilleur, le chemin qui m’aideras plus tard à mieux comprendre mes faits et gestes. Celui-ci ne m’avait pas jugé, d’ailleurs il n’en avait pas besoin, car je l’avais fait moi-même et je n’étais pas fier de moi.
Cet être de lumière, m’avait donné tout son savoir en une fraction de seconde, j’avais l’impression d’avoir emmagasiné une foule de connaissance sans aucune difficulté.
Il m’a demandé ensuite ce que j’avais fait pour les autres. Il aurait pu me demander ce que j’avais fait de bien dans ma vie ? Mais non, il voulait plutôt savoir ce que j’avais fait pour les autres. J’aurais pu lui raconter ce que j’avais fait de ma vie, mais là, il en était tout autre, impossible de répondre. En effet, en réfléchissant, je ne voyais pas ce que j’avais fait pour les autres. Je n’ai vraiment pas su quoi lui répondre, et je suis resté sans voix.
Il m’a ensuite fait comprendre qu’il était temps pour moi de faire le choix, entre rester ou repartir. Pendant une fraction de seconde, j’ai pensé à la petite amie que j’avais à cette époque. Je n’avais absolument pas envie de repartir de cet endroit paradisiaque, surtout que j’avais la certitude d’être chez moi.
Je sentais la même impression que lorsque l’on part en vacance dans un endroit, nous l’aimons, mais nous sommes bien content de rentrer chez nous. Et bien c’était identique, j’avais passé des vacances sur terre, et là, j’étais très content d’être rentrée chez moi. Et je n’avais pas envie d’en partir.
Je n’ai jamais su la réponse que je lui fis. Je me suis retrouvé dans mon lit d’hôpital, le lendemain en fin de matinée, plâtré et avec une forte douleur dans la poitrine. Je pense que cet être de lumière avait vu les pensées qui étaient mienne et m’avais fait repartir.
Une fois que j’ai réalisé que j’avais réintégré mon corps, je me suis senti mal alaise. Mon corps me gênait, il était trop petit et j’avais la nette sensation que j’avais pris du poids. En réalité, j’étais identique depuis mon accident, seulement mon corps était trop lourd. Il me faisait souffrir, j’avais mal à la poitrine, à la tête suite au traumatisme crânien que j’avais eu, j’avais aussi mal aux bras, j’avais cinq fractures au bras droit, une fracture au bras gauche, le bassin de fêlé et beaucoup d’autres contusions. J’ai pensé longuement à l’expérience que j’avais vécue, qui au premier abord, semblait un rêve. Un rêve dont on n’a pas envie de revenir. Après le rêve, est venue la réalité, de quel droit les médecins m’avaient fait revenir de chez moi ? Sans me demander mon avis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Suite 5   Mar 29 Jan 2008 - 8:46

J’étais en colère après les médecins, ils n’avaient pas le droit de me faire revenir de ce monde de merveille ! Je leurs ai expliqué ce qui m’était arrivé, ceux-ci ont statué sur un mauvais rêve dû au coma, au traumatisme de l’accident. Ils m’ont administré des calmants et m’ont dit que cela venait de mon imagination due à l’état de choc.
Cette réponse toute faite de la non connaissance, aurait dû m’agacer. Pourtant, j’étais resté très calme et je m’étais même surpris à sourire. Tout doucement, au long des années, j’avais pu remarquer qu’une métamorphose c’était établi en moi. Ma jalousie, mon impulsivité et mes colères avaient disparu. Tout mon être se sentait modifié au fil des jours, des mois et des années. Mais je n’en avais pas encore fait la relation avec mon expérience. C’est vrai que celle-ci m’avait changé, mais je pensais que ce n’était que le fait d’être passé prés de la mort.

J’ai attendu environ dix ans pour qu’une nouvelle métamorphose se révèle, cela c’est passée après une grosse opération. J’ai subit un allongement du tibia, pendant plusieurs mois, j’ai énormément souffert.
Tout mon passé m’est revenu en mémoire. J’ai revu l’accident, le passage dans l’au-delà puis, un soir, je me suis mis à écrire. Je me suis mis à écrire le récit qui suit. Je ne pouvais pas m’y soustraire, comme si une force me guidait et me faisait écrire. J’ai commencé à sentir en moi des personnes de l’au-delà qui venaient me parler et qui se présentaient devant mes yeux. Je prenais conscience que cet être de lumière, qui m’avait guidé tout au long de cette expérience, m’avait donné beaucoup de lui-même. Je ne voyais plus les gens de la même façon. Leurs aspects extérieurs ne m’intéressaient plus. Je ne songeais qu’à leurs personnalités.
Ce que cet être de lumière m’avait fait comprendre, c’est qu’un humain n’est vrai que par sa personnalité. Et ce qui est autour, ne sert qu’à exprimer ce que l’être humain est et ce qu’il veut bien nous montrer. Que ce corps nous sert à nous montrer les uns aux autres, à nous différencier physiquement.
Ce que cet être de lumière m’a fait comprendre, c’est que la mort n’existe pas, ce n’est qu’un passage vers une autre vie, une autre étape. Nous sommes semblable sur terre à une chenille, nous avons du mal à nous déplacer, notre corps est lourd et encombrant. Lorsque nous passons de la vie à la renaissance, nous sommes comme un cocon refermant notre âme et notre énergie. Une fois le passage fait, tout comme un papillon, nous quittons notre enveloppe pour nous élever sans que rien ne nous retienne au sol. Nous sommes libérés de ce corps pesant.
Ce que cet être de lumière m’a fait comprendre, c’est que nos agissements son pareil à une pierre que nous jetons dans l’eau. Celle-ci provoque des sillons dans l’eau, partant d’une façon circulaire tout autour du point de chute de la pierre. Plus la pierre est grosse, plus les sillons seront important et auront une répercussion dans l’eau sur une plus grande distance. Nous sommes identiques à cette pierre, nos agissements, nos paroles se répercutent sur le monde qui nous entoure de la même façon que cette pierre jetée dans l’eau. Tu penses que les simples mots ou gestes que tu fais n’en reste qu’à toi-même et à la personne concernée ! Et bien non, ce que tu fais se propage comme les sillons dans l’eau, ils se dispersent tout autour de toi, comme une chaîne sans fin. Nous ne sommes qu’un maillon de la grande chaîne humaine.
Je suis persuadé d’avoir connu toute une foule de chose, il m’avait donné énormément de connaissances, mais il ne m’a pas permis de les emporter avec moi sur terre. Les convictions que j’ai me viennent par bride. Certaine fois, lorsqu’une personne me pose une question, je lui réponds d’une façon très naturelle sans savoir d’où me vient cette réponse. Je suis certain de détenir la vérité, sans savoir pourquoi.
D’ailleurs aujourd’hui, ce même calme m’accompagne toujours et malgré les nombreuses années passées, cet être de lumière fait partie de moi et me montre la route. J’ai compris que j’avais une mission à accomplir dans ce monde. Je ne là connaissais pas, car l’être de lumière ne m’avait donné aucune directive. Je devrais là trouver seul. Celle-ci était peut-être d’apporter la connaissance de mon expérience à d’autres, Peut-être aider les humains à mieux vivre sur terre, peut-être que ma mission était cet ouvrage,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Suite 6   Mar 29 Jan 2008 - 8:48

J’ai commencé à en parler, car je suis un grand bavard. Des personnes ont commencé par venir me voir, principalement des connaissances. A cette époque, en 1987, je ne voyais pas encore grand-chose, lorsque l’on me le demandait. Je me souviens d’une femme qui est venue me voir, son ancien ami voulait revivre avec elle, elle m’avait apporté une photo, pour me demander ce que j’en pensais. J’ai gardé cette photo quelques jours et, lorsqu’elle est revenue me voir, je lui ai dis que je voyais son mai avec une plaie, partant du haut du front à droite, et coupait le visage jusqu’à la joue côté gauche. J’avais la sensation qu’il allait avoir un accident, je voyais sa voiture contre un arbre. Plus tard, elle est revenue me voir pour me dire que l’accident avait bien eu lieu, mais que la vie de son mari n’était pas en danger.
Plus tard, j’avais l’habitude de sortir mon chien pour ses besoins. Un homme faisait de même avec le sien. C’était un policier municipal, nous avons fini par discuté de la pluie et du beau temps, étant donné que nous nous rencontrions tous les soirs à la même heure. Un jour, il m’a proposé de boire un café chez lui, une invitation pour le lendemain après-midi.
Le lendemain donc, je me suis rendu chez lui. Je me suis assis dans un fauteuil, et, pendant qu’il préparait le café, j’ai vu une petite fille, en transparence, qui s’agitait pour me montrer qu’elle était là. Elle avait environ 3 à 4 ans. Lorsque la personne est revenue avec le café, la petite fille me disait de lui dire qu’elle était là. Je lui ai donc dit que je voyais une petite fille en face de moi, et qu’elle voulait ce faire connaître. Voyant que l’homme était perplexe, je lui ai décris la jeune fille que je voyais. Je lui ai décris son physique puis, la robe qu’elle portait et la façon qu’elle était coiffée. Il m’a avoué, avec beaucoup de gêne, qu’il y a une dizaine d’années, sa femme t lui avait perdu une petite fille de 4 ans.
Malgré ma description, il doutait toujours de ce que je lui disais, et c’était bien compréhensible. Sa fille est venue d’asseoir sur mes genoux puis, elle m’a pris la main, et m’a conduite dans la salle. Elle, est passée à travers le mur, mais moi, qui n’était qu’un homme, je n’avais pas cette faculté. J’ai dit à son père que sa fille voulait passer par là absolument, et il m’a signalé qu’avant, il y avait une porte à cet endroit, mais qu’il l’avait condamné, pour un gain de place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Suite 7   Mar 29 Jan 2008 - 8:51

Elle a pris donc un autre chemin, a contourné cet obstacle et m’a conduite dans une pièce, une lingerie où il y avait une table à repasser, du linge en attente et divers autres choses. Tout doucement, la vision de cette pièce c’est modifié. J’ai vu apparaître un lit de bébé avec un oreiller, des peluches, des couvertures et des draps. Je lui ai dis ce que je voyais, au fur et à mesure que cela apparaissait. Je lui ai dit où était son lit, son armoire, sa table à langer, ses jouets, en fait, je lui ai fais la description de la chambre, du temps où sa fille vivait. Il n’avait plus de doute sur mes visions, mais il avait très peur, il n’osait rien dire.
Nous sommes retournés dans la salle, sa fille m’a montré un tonneau, elle semblait très en colère en le regardant, elle se tenait debout derrière lui. J’ai expliqué la scène à son père, celui-ci m’a dit qu’à l’époque où vivait sa fille, ce tonneau était un bar, et qu’il buvait plus qu’il ne le fallait. C’est pour cette raison que se fille ne supportait pas la vue ce celui-ci. Elle m’a dit ensuite qu’il fallait que son père la laisse partir, car elle était bloquée dans cette maison, et n’en sortirait pas avant que ses parents n’acceptent son décès.
J’ai quitté cette maison en laissant un homme très troublé, que je n’ai jamais revu ensuite. Je ne sais pas si il a pris la décision de laisser partir sa fille ou, si par ‘amour’ pour elle, il a décidé de la garder auprès de lui.
Voyant par la suite que cette médiumnité commençait à me prendre beaucoup de temps, et que la souffrance et la douleur de mon corps étaient de plus en plus forte, au fils du temps, je me suis arrêté de nouveau. Je me suis marié, mon épouse m’a donné un magnifique bébé puis, un deuxième. Je commençais à avoir la gangrène sur la jambe où se trouvait le staphylocoque doré. Une personne, bien placée à la télévision, m’a mis en relation avec un grand chirurgien. J’ai subit des tas d’examens puis, il m’a opéré et m’a sauvé la jambe.
Après quelques mois, ma jambe était guérie point de vue gangrène, la douleur devenait maintenant plus supportable. Nous avons de nouveau déménagé, mon épouse et moi avions trouvé un travail dans le gardiennage où nous pouvions travailler ensemble. Tout doucement, j’ai recommencé à voir des personnes décédées. Mais ce n’était plus de la même façon. Maintenant, lorsque je discutais avec une personne, je pouvais voir le guide ou l’ange gardien qui était présent à ces côtés.
De temps en temps, je voyais une famille, composées d’un homme, d’une femme et d’une petite fille d’environ 3ans. Lorsque j’étais sur mon balcon, je les voyais sur la pelouse en face. Ils ne me disaient rien, ils me regardaient en souriant. Je les voyais aussi dans mon canapé, dans le couloir, dans la cave, enfin bref, je les voyais très souvent.
J’en ai parlé à mon épouse, et elle m’a demandé si je leur avais parlé, si je leur avais demandé qui ils étaient. Et bien je vous avoue que je n’y avais jamais pensé ! Lorsque je les ai revue, je leur ai demandé qui il était et l’homme m’a répondu : Je suis celui que tu étais, je suis celui que tu es et je suis celui que tu seras. Il m’a dit ensuite : Tu as une mission ici bas, pourquoi ne l’as-tu pas encore commencé ? Je ne savais pas de quelle mission il s’agissait, et je ne pouvais pas obtenir de réponse, car celle-ci était en moi, il fallait seulement que je la découvre.

J'espère que cela vous a plu ?

bisou

guy sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
Invité
Invité



MessageSujet: Pourqoui ?   Mar 29 Jan 2008 - 12:55

Bonjour Guy , Smile

Non, aucune souffrance ne me plait.... pale

Mais ce que tu as vécu en parrallèle, évidemment, celà me parle ....
et ce que tu vis maintenant aussi......sauf la souffrance ... Wink

J'ai une copine hollandaise qui vient me voir une fois par an, et qui a fait ne NDE il y a 15 ans ......Elle est encore en période de questionnement......

Ella a voulu me raconter tout, le plus exactement possible, mais n'a jamais trouvé les mots adéquats......Je savais très bien qu'elle ne les trouverait pas.....

Ta NDE a été poussée très loin . Elle est typique des recits de NDE .
Mais c'est la suite que tu lui a donné dans cette vie, qui la rend si particulière .

D'autres ce seraient arrêtés à contempler leurs acquis, pendant tout le reste de leur vie terrestre (telle ma copine) . Toi, tu continues le travai "commencé la-bas".

Continue ce travail Guy , il aide beaucoup de personnes . Si on ne peut plus courir, il y a ce merveilleux internet, arrivé à temps , pour ouvrir l'Ere Nouvelle .... sunny

Gros bisous mon ami I love you I love you

Claudia sunny
Revenir en haut Aller en bas
jean-michel

avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi ?   Mar 29 Jan 2008 - 19:05

sunny Merci infiniment Guy des récits de ton histoire qui font résonance

En lisant tes phrases je re-suis en évidence de cette vivante lumière pleine d’amour et de vie, inconditionnelle, sans limite, sans attente, sans contrainte, Eternelle Energie de l’Expérience Eternelle

Pas de pourquoi mais simplement le comment utiliser cette révélation désormais et toujours

J’avais la sensation de me trouver devant un téléviseur sans écran :
il n’y avait plus d’effet miroir de la dualité !

On n’a pas besoin de savoir la vérité car on est dans l’Evidence qu’il n’y a plus de vérité ni de fausseté mais qu’une seule et universelle initiation de l’Etre, dans cette Evidence d’harmonie éternelle trans-personnelle

Le chiasme nous remontre l’Evidence et qui nous remet dans l’Evidence de l’instant conscient de l’universelle unité ultime :

Croiser le passé et le futur dans le présent

Aimer c’est Etre / Etre c’est Aimer


I love you L’Amour c’est l’Eternité / l’Eternité c’est l’Amour I love you


Ce qui désenvoûte de :

Tuer c’est mourir et mourir c’est détruire

Détruire c’est Salaud et Salaud de Détruire

Evil or Very Mad Détruire c’est tuer et mourir en salaud Evil or Very Mad


Le processus alchimique de savoir voir , de ressentir

En Divine contemplation méta modélisatrice…

Pour moi c’est çà la révélation chiasmatique et ultime de ma NDE

study Ma toute petite contemplation du moment

Jean - Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi ?   Sam 2 Fév 2008 - 10:43

Bonjour Jean-Michel,

Pour ce qui est de ce que j'ai écris, j'ai la suite, elle fait 23 pages. Un livre que j'avais commençé, mais que j'arrête car je trouve cela plus enrichissant, de le faire partager à tous ceux qui peuvent le lire.

J'ai aussi beaucoup aimé ton message, tu devrais nous en écrire de plus souvent?

Bisou I love you I love you

guy sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi si peu de films et de photos d'ovnis (évolution des moyens techniques)?
» pourquoi verrouillez le sujet Garabandal???
» Pourquoi l’Islam fait peur ?
» Pourquoi le monde est-il si imparfait ?
» Si les extraterrestres existent, pourquoi aucun contact?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
source, spiritualité, social :: Chemins Spirituels :: Spiritualité-
Sauter vers: