source, spiritualité, social

spiritualité et vie sociale
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 De la considération de la misère humaine :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: De la considération de la misère humaine :   Jeu 21 Avr 2011 - 9:29


Bonjour GG Very Happy

Je lis dans ton message, une forte concentration de religion.
La spiritualité n'est pas la religion, et la religion n'est pas la spiritualité.

Ce que tu as écris là, me rappelle vraiment ses prêtres qui faisaient leur morale afin que les personnes touchées, bien souvent dans la tristesse, dans l’asservissement dans la pauvreté, la douleur, la déprime, dans le malheur, dans une personne dépressive, ne sachant plus qui elle est vraiment.

Ce que tu as écris, je me vois dans l'obligation de le retirer, car il ne correspond en rien à la spiritualité, mais tien plutôt du sermon. Suspect

Je t'avais déjà écris que personnes sur le forum, ne désiraient entendre ce genre de discourt, ce genre de sermon. Wink

J'efface donc ce message, en espérant qu'il n'y ai plus cela, car cela n'a rien à voir avec la méditation.

bonne journée GG Wink


teckaël sunny

_________________
Le passé construit le présent, le présent construit l'avenir...
Construisons donc ensemble, cet avenir!
mon blog : www.pour-le-plaisir-detre.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
GERARDMENVUSSA

avatar

Nombre de messages : 109
Age : 65
Localisation : VIETNAM
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: De la considération de la misère humaine :   Jeu 21 Avr 2011 - 11:13

Teckaël a écrit:

Bonjour GG Very Happy

Je lis dans ton message, une forte concentration de religion.
La spiritualité n'est pas la religion, et la religion n'est pas la spiritualité.

Ce que tu as écris là, me rappelle vraiment ses prêtres qui faisaient leur morale afin que les personnes touchées, bien souvent dans la tristesse, dans l’asservissement dans la pauvreté, la douleur, la déprime, dans le malheur, dans une personne dépressive, ne sachant plus qui elle est vraiment.

Ce que tu as écris, je me vois dans l'obligation de le retirer, car il ne correspond en rien à la spiritualité, mais tien plutôt du sermon. Suspect

Je t'avais déjà écris que personnes sur le forum, ne désiraient entendre ce genre de discourt, ce genre de sermon. Wink

J'efface donc ce message, en espérant qu'il n'y ai plus cela, car cela n'a rien à voir avec la méditation.

bonne journée GG Wink


teckaël sunny

Bonjour, mon Cher TECKAEL,

Je suis désolé de t'avoir mis en colère, VRAIMENT, sans le vouloir! J'étais en effet loin de prévoir de ta part une telle réaction: Mais je t'assure que c'est tout à fait sans mauvaise intention de ma part!!!

Vois-tu, j'ai tout simplement pensé, en toute honnêteté, qu'étant ici sur un Forum de "Spiritualité", il s'y trouvait peut-être des Chrétiens qui pratiquaient avec Foi leur Religion! La Foi de chacun peut en effet faire partie ou non d'une religion: Mais selon moi, toute Religion a pour fondement une Foi qui n'est pas toujours authentique, mais qui l'est pourtant quelquefois! Ceci se vérifie par la vie des Saints et des Martyrs!

... Ceci dit, il est évident que ce texte que j'ai proposé à un caractère différent de "l'étude sur la Méditation que je propose en ce moment... Quoique... Méditer ce qui touche au plus profond de nous-mêmes mérite selon moi, d'être Médité!

Mais; bon! N'y revenons pas! Je me conformerai donc à ton souhait, et ne produirai plus ce genre de littérature qui semble tant te déplaire! Je ne voulais absolument pas t'offenser! Sois en persuadé, mon Cher Ami!!!

Néammoins, et pour dissiper tout malentendu, (Et même si tu l'as effacé: Ce que je regrette, mais ce n'est pas grave!), je souhaiterais dire quelques mots, à propos de "L'Imitation", d'où ce petit texte a été extrait

Ce petit texte, donc, est extrait d'un ouvrage de Sagesse très célèbre, qui s'intitule, "l'Imitation de Jésus-Christ", et qui est reconnu comme étant le livre le plus traduit après la Bible!

Son extraordinaire succés dans le monde entier vient peut-être de ce que chaque époque bouleversée a pu y trouver la vois de la Croix: Celle qui commence dans la véritable humilité, quand ce perd la voie de la Connaissance!

En voici la préface que je me permets de reproduire ici:

"L'Imitation de Jésus-Christ tient une très grande place dans la littérature chrétienne, non en raison de sa valeur dogmatique comme la Somme de saint Thomas, ni en raison de la personnalité puissante de son auteur comme les Confessions de saint Augustin ; ici c'est seulement la vie personnelle du chrétien qui est en cause, et nous ne savons presque rien de celui qui rédigea ces pages.

Longtemps on a même ignoré son identité.

Depuis quelques années seulement, les hypothèses diverses qui avaient été mises en avant ont fait place à la quasi certitude que l'Imitation rassemble quatre petits traités, écrits en latin par Thomas a Kempis ; c’est-à-dire originaire de Kempen, près de Düsseldorf, né vers 1380, moine au Mont-Sainte-Agnès à Zwolle en Hollande, où il fut Maître des novices, et mort en 1471.

Certes, l'Imitation est plus qu'un témoignage parmi d'autres du renouveau spirituel qui marqua cette époque et cette région de l'Europe et qu'on a désigné sous le nom général de "Devotio modema".

Ce mouvement est celui de l'intériorisation en opposition à un monde extérieur déchiré par les guerres, et auquel le monde ecclésiastique décadent n'opposait que la complication de la scolastique. Si la "Devotio modema " a ouvert la voie à Erasme et à la Réforme, l'Imitation est d'abord LA MEDITATION d’un moine angoissé dans un monde atroce et qui découvre la " voie de la Croix ",

L'admiration qui a entouré ce livre, et qui s'est manifestée notamment en France, de Corneille à Lamennais, et de Fontenelle, à sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, n'a jamais tendu à en faire une sorte supérieure de catéchisme. Certes, ce livre a pu servir de succédant de l’évangile à une époque où la communion fréquente enrobait de douceur ambigue les tragédies dévotes. Mais meme au plus fort du 19 éme siècle finissant, il s'est trouvé des chrétiens et des chrétiennes pour trouver dans l'Imitation, tout murmure cessant, le travail de la véritable patience.

Comme les autres spirituels de son époque, Thomas a Kempis voulut seulement ramener à la réalité ses auditeurs et ses lecteurs que la connaissance théologique risquait alors de fasciner, comme elle peut fasciner toute connaissance. Et, pour un chrétien, cette réalité n'est autre que la charité de Dieu dispensée à l'homme.

L'auteur de l'Imitation veut aider son lecteur à aimer cet Amour ; c'est-à-dire, à en faire sa vie quotidienne.
L'Imitation fut écrite pour des moines.
Mais c’est toujours le destin des grandes Œuvres, de déborder le temps et le lieu qui offrirent le cadre, le sujet, l'occasion, l'auditeur.
A travers les grâces et les tentations de l'existence que connaissait Thomas a Kempis, c'est l'existence chrétienne en elle-même qui est ici atteinte. Car ce ne sont pas les " occasions extérieures ", mais la " racine du mal" dans quoi il faut trancher (Livre 1, chap. 13)

La convoitise humaine a bien des formes : l'auteur les débusque l'une après l'autre, sans arrogance: Mais sans faiblesse.
L'Imitation ne tend qu'à cette purification du Cœur sans laquelle ne peuvent être comprises, ni vécues les Béatitudes de l'Évangile."

Bonne journée, TECKAEL!

GG

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: De la considération de la misère humaine :   Ven 22 Avr 2011 - 9:33



Bonjour GG Very Happy


Tu ne le sais certainement pas, mais je ne me met jamais en colère. La colère faisant partie du négatif, et...là, je ne connais pas ! drunken

Je me doute bien, GG que ce n'était pas de mauvaise attention. Mais je me doit d'être vigilant, afin d'éviter les dérapage.

Il est vrai que sur ce forum, il y a beaucoup de personne qui ont la foi. La foi n'entraine pas la religion pour certain, et pour d'autres, celle-ci peut être étroitement reliée à une religion.

Ce n'est pour cette raison que j'ai supprimé ton message,, GG, c'est tout simplement, que dans l'idée générale de ton message, il était là pour dénoter que si l'on ne croyait pas en Dieu ou une religion, que Dieu aurai toutes les raisons de nous faire payer ce manque de croyance.
Ce genre de message est souvent mis à jour, pour faire peur aux personnes, et les amener à pratiquer telle ou telle religion.

Dieu (ou tout autres noms ) est en nous et partout, il est là pour nous donner son amour sans condition, et par ce fait, nous laisse le libre arbitre de nos pensées et actions. Qu'elles soient positives ou négatives.
ce n'est pas lui qui nous jugera, mais nous-même.


Ne crois surtout pas que j'étais en colère, mais je me dois d'être vigilant pour toutes les membres et invités qui nous lisent. Suspect

Maintenant GG, pourrais-tu me dire, ce que veut dire << Imitation >> scratch

Car je ne connais pas ce terme ?!!

Bonne journée GG, et je t'embrasse bien fort. I love you I love you I love you


teckaël sunny


PS: peux-tu me faire un résumé très court, de l'aspect méditation que tu nous propose ?????????????

Merci Wink

_________________
Le passé construit le présent, le présent construit l'avenir...
Construisons donc ensemble, cet avenir!
mon blog : www.pour-le-plaisir-detre.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
GERARDMENVUSSA

avatar

Nombre de messages : 109
Age : 65
Localisation : VIETNAM
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: De la considération de la misère humaine :   Ven 22 Avr 2011 - 11:16

Teckaël a écrit:


Bonjour GG Very Happy

Tu ne le sais certainement pas, mais je ne me met jamais en colère. La colère faisant partie du négatif, et...là, je ne connais pas ! drunken
Je me doute bien, GG que ce n'était pas de mauvaise attention. Mais je me doit d'être vigilant, afin d'éviter les dérapage.

Il est vrai que sur ce forum, il y a beaucoup de personne qui ont la foi. La foi n'entraine pas la religion pour certain, et pour d'autres, celle-ci peut être étroitement reliée à une religion.

Ce n'est pour cette raison que j'ai supprimé ton message,, GG, c'est tout simplement, que dans l'idée générale de ton message, il était là pour dénoter que si l'on ne croyait pas en Dieu ou une religion, que Dieu aurai toutes les raisons de nous faire payer ce manque de croyance.
Ce genre de message est souvent mis à jour, pour faire peur aux personnes, et les amener à pratiquer telle ou telle religion.

Dieu (ou tout autres noms ) est en nous et partout, il est là pour nous donner son amour sans condition, et par ce fait, nous laisse le libre arbitre de nos pensées et actions. Qu'elles soient positives ou négatives.
ce n'est pas lui qui nous jugera, mais nous-même.

Ne crois surtout pas que j'étais en colère, mais je me dois d'être vigilant pour toutes les membres et invités qui nous lisent. Suspect

Maintenant GG, pourrais-tu me dire, ce que veut dire << Imitation >> scratch

Car je ne connais pas ce terme ?!!

Bonne journée GG, et je t'embrasse bien fort. I love you I love you I love you

teckaël sunny

PS: peux-tu me faire un résumé très court, de l'aspect méditation que tu nous propose ?????????????

Merci Wink

Bonjour TECKAEL,

Je te remercie pour ton Message qui, comme toujours, témoigne de ta grande gentillesse!

Je suis très heureux de savoir, par ailleurs, d'une part, que tu es au-dessus de la colère, sachant la "gérer parfaitement": Ce qui atteste d'une vraie, et profonde Spiritualité; et d'autre part: que tu veilles attentivement, et avec "vigilance" sur le Forum; ce qui est tout à ton honneur!!!

Le terme "d'Imitation" a ici une signification toute Spirituelle; conformément aux Saints Evangiles, les textes "sans prétention" proposés dans cet ouvrage hors du commun, se veulent etre, en fait, une Louange au Créateur, es La Glorification de Sa Toute-Puissance, de Son Omniscience, et de Son Omnipotence, au travers de notre Ame.

Je conçois que tu t'inquiètes un peu quand à MA Méditation que je vais proposer d'ici quelque temps!
... Mais sois rassuré: Elle n'est qu'une simple technique parmi beaucoup d'autres! Une technique que j'ai mise au pont moi-meme.

Il m'est pratiquement impossible de te la résumer: Du fait qu'il m'a été moi-meme assez difficile de la reproduire " de "mémoire" sur le papier"; étant un produit de ma vie intèrieure quotidienne; il n'y a là rien que d'authentique: Puisque, si elle s'appuie sur certains des textes cités dans cette étude; elle provient directement de mon coeur, et n'a été "copiée-collée" sur aucun texte connu, ni aucun endroit; c'est un peu, vois-tu, comme si je l'avais directement transcrite "de mon coeur, sur le papier"! C'est en quelque sorte, une "premiere" !

Mais si tu souhaites que j'arrete tout ici: N'hésite pas à me le dire! Je le ferai aussitot! Ce n'est pas grave!

Toutefois, je puis te dire que cette Méditation qui est la mienne, n'a absolument aucun rapport avec les textes, comme celui, de "l'Imitation de Jésus-Christ, que tu as jugé utile de supprimer!

Il te sera de toute manière toujours loisible de supprimer cette partie de "ma Méditation", si elle ne te convient pas, le moment venu!

Vois-tu, je ne propose que de faire partager une expèrience "affinée" pendant plus de trente ans de mon existence: Je ne cherche ni à convaincre, ni à convertir, ni à faire du prosélytisme!

... JE NE SOUHAITE "QU'AIDER", en faisant partager quelque chose que je crois assez "fort", et utile pour toutes et pour tous!

... Ainsi, je te le redis : Si tu préfères que j'arrete ici, n'hésite pas à me le faire savoir! Cela n'a pour moi, je t'assure, aucune importance; et je ne t'en voudrais pas du tout!

Ceci pour te dire que si tu me laisses continuer, il ne me faut pas aller trop vite; il ne me faut pas "faire passer la charrue avant les boeufs": Car, pour une compréhension optimale, il importe d'aller doucement, afin-que que chacun appréhende bien "le mécanisme"; ainsi que les "tenants et les aboutissants", d'une authentique Méditation!

La Méditation - Ainsi en est-il de la mienne - rejoint naturellement la Prière, dans lle secret de notre coeur; il en résulte une Paix Intèrieure profonde; une Sérénité, et une Béatitude Infinies, indescriptibles, et incommunicables!

Maintenant, mes textes sont prets! Si tu souhaites que je te les communique "en bloc" personnellement, n'hésite pas à me le faire savoir, en m'en indiquant le moyen! Ainsi, tu en auras la primeur; il te sera loisible alors, en toute connaissance de cause, de me dire d'arreter, ou non?: C'est une solution; qu'en penses-tu?! Sachant que je m'en remettrai toujours à ta décision: "Continuer, ou cesser!"

Dans l'attente de ta réponse: Je t'embrasse moi-aussi bien fort, et te souhaite à mon tour la plus heureuse journée!

Bien Cordialement à toi,

GG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: De la considération de la misère humaine :   Ven 22 Avr 2011 - 17:49



Bonjour GG Very Happy


Je répond à ton message, pour t'écrire qu'il n'y a aucun problème, pour que tu nous apportes ta façon entrevoir et d'établir la manière dont tu médites.

Je rappelle également à tous, que je vais peut-être créer une rubrique à ce sujet. Ainsi, tous les membres ou invités qui le souhaiteront, pourrons expliquer leur façon d'aborder la méditation.

Bien sur, il faudra que cela reste toujours dans un esprit de spiritualité, et non de religion de quelque origine qu'elle soit.

J'ai créée ce forum pour que chaque personne puissent parler librement, tout en respectant les autres, et bien sur, en évitant la politique, la religion, le racisme,etc... Mad

Les sujets nommés ci-dessus peuvent être survolée...de très haut Very Happy Suspect sans que cela ne deviennent un sujet de débat. Sauf, bien sur, si cela apporte une partie de positif dans les échanges.

Donc, GG, tu peux tout à fait nous parler de ta façon de méditer, sans que cela passe par une religion qui désirerait s'installer.

Car à ce moment, je laisserais le message 24 h puis, je le supprimerais. Shocked

Je te souhaite une bonne fin d'après-midi, GG et à tous.

bisous à tous I love you I love you I love you I love you I love you I love you

teckaël sunny

_________________
Le passé construit le présent, le présent construit l'avenir...
Construisons donc ensemble, cet avenir!
mon blog : www.pour-le-plaisir-detre.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
GERARDMENVUSSA

avatar

Nombre de messages : 109
Age : 65
Localisation : VIETNAM
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: De la considération de la misère humaine :   Sam 23 Avr 2011 - 2:07

Teckaël a écrit:


Bonjour GG Very Happy


Je répond à ton message, pour t'écrire qu'il n'y a aucun problème, pour que tu nous apportes ta façon entrevoir et d'établir la manière dont tu médites.

Je rappelle également à tous, que je vais peut-être créer une rubrique à ce sujet. Ainsi, tous les membres ou invités qui le souhaiteront, pourrons expliquer leur façon d'aborder la méditation.

Bien sur, il faudra que cela reste toujours dans un esprit de spiritualité, et non de religion de quelque origine qu'elle soit.

J'ai créée ce forum pour que chaque personne puissent parler librement, tout en respectant les autres, et bien sur, en évitant la politique, la religion, le racisme,etc... Mad

Les sujets nommés ci-dessus peuvent être survolée...de très haut Very Happy Suspect sans que cela ne deviennent un sujet de débat. Sauf, bien sur, si cela apporte une partie de positif dans les échanges.

Donc, GG, tu peux tout à fait nous parler de ta façon de méditer, sans que cela passe par une religion qui désirerait s'installer.

Car à ce moment, je laisserais le message 24 h puis, je le supprimerais. Shocked

Je te souhaite une bonne fin d'après-midi, GG et à tous.

bisous à tous I love you I love you I love you I love you I love you I love you

teckaël sunny

Bonjour TECKAËL,

Et merci pour ton message!

Mais il y a quand même un petit problème qui est le suivant: MA Méditation, comme je te l'ai dit, finit par se confondre, au-delà de la "technique", OBLIGATOIREMENT avec la"Prière". En fait, elle DEVIENT Prière!

... Et c'est là qu'est le "Hic"!

Car cela implique que je suis "CONTRAINT" de m'appuyer, dans celle-ci, des préceptes d'une Religion; ma Religion est la Religion Catholique.
Si j'étais Bouddhiste, Islamiste, Hindouiste, etc., je m'appuiererai également sur les préceptes de l'une, ou l'autre de ces Religions: Puisque, d'une part, toutes les Religions se rejoignent, et que d'autre part: Le Yoga n'est pas une religion: Mais qu'il est, par définition, "la science de toutes les religions", qui nous apprend à mieux comprendre à mieux connaître, et à mieux vivre la notre, quelle qu'elle soit.

Pour Prier, je pense en effet par expèrience, qu'il nous faut "partir" de Prières transcrites, que nous connaissons par coeur, et qui font partie, donc, de notre "patrimoine Spirituel, c'est à dire, de notre Religion: Afin de plonger dans "l'état de Méditation profonde" inhérent à chacun de nous. Il est peut-être pour ce faire, d'autres moyens: Mais je ne les connais pas, du fait que, pour ce qui me concerne, la Méditation est ABSOLUMENT indissociable de la Prière.

Il est absolument impossible, en effet, en vue d'une Méditation authentique et réussie, de dissocier celle-ci de certains aspects de notre Croyance, ainsi que de certains préceptes reçus aisément depuis notre enfance, par la Religion qui nous a été enseignée par nos pères; du moins, pour ce qui concerne, MA Méditation!

Ainsi, et tout au respect de ton point de vue, dans ce que tu viens de dire dans ton dernier mail: Je renonce donc à ce projet qui tendait à faire connaître ma "façon" de Méditer, et de Prier"; ce qui t'évitera probablement "un effacement" possible.

Mais comme je te l'ai dit: Il n'y a aucun problème, et ce n'est pas grave du tout!

J'interrompt donc ici mes post sur "la Méditation, la Relaxation et le Yoga", car ils font un tout, et s'immergent immanquablement dans la Prière qui, comme je te l'ai dit plus haut, est "ABSOLUMENT OBLIGEE" de s'appuyer, "au départ", au moins par les Prières vocales (Dites intèrieurement, bien évidemment!), de la Religion qui est la notre.

... La Religion (Comme je te l'ai laissé entendre plus haut!) n'étant pas, pour moi, un "but", mais un moyen; un "support"... Une aide indispensable, pour "parfaire" notre intèriorisation en matière de Méditation Authentique; et parvenir ainsi, le plus souvent possible, à ce "sommet" que nos Frères Orientaux appellent le "SAMADHI", et que nous autres, Occidentaux, pouvons expérimenter sans difficulté (Et sans drogue!!!), sous le vocable:, "D'extase Béatifique"

... Qui est un état de Paix, de Sérénité, de Bonheur, de Bien-être, et de Béatitude Parfaits!

... Ceci dit : Ton idée pour créer une rubrique "spéciale Méditation" est certainement excellente: Mais je pense que nous nous retrouverons plutôt sur d'autres sujets!

En te disant donc : "A bientôt", je te souhaite, comme à toutes et à tous, la plus heureuse journée!

GG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teckaël
Admin
avatar

Nombre de messages : 4291
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: De la considération de la misère humaine :   Mar 26 Avr 2011 - 9:38

Bonjour GG Very Happy


j'ai bien lu ton message, et j'y ai bien réfléchi. scratch

Je pense, que ta façon de méditer, peut être bonne comme conseil, pour certaine personne du forum, qui mélange la spiritualité, avec une religion.

si cela leurs permet un avancement plus rapide, permettent un enrichissement de la personne, cela est bon pour eux.

tu peux donc mettre ta façon de méditer, dans la nouvelle rubrique que j'ai installée, et qui ce nomme :

Méditation

Tu peu donc commencer à huiler les articulations de tes doigts Very Happy et les poser sur le clavier. study Shocked

Je t'embrasse bien fort, ainsi que tous. I love you I love you I love you


teckaël sunny

_________________
Le passé construit le présent, le présent construit l'avenir...
Construisons donc ensemble, cet avenir!
mon blog : www.pour-le-plaisir-detre.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite.forum2discussion.com
GERARDMENVUSSA

avatar

Nombre de messages : 109
Age : 65
Localisation : VIETNAM
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: De la considération de la misère humaine :   Mar 26 Avr 2011 - 11:19

Teckaël a écrit:
Bonjour GG Very Happy


j'ai bien lu ton message, et j'y ai bien réfléchi. scratch

Je pense, que ta façon de méditer, peut être bonne comme conseil, pour certaine personne du forum, qui mélange la spiritualité, avec une religion.

si cela leurs permet un avancement plus rapide, permettent un enrichissement de la personne, cela est bon pour eux.

tu peux donc mettre ta façon de méditer, dans la nouvelle rubrique que j'ai installée, et qui ce nomme :

Méditation

Tu peu donc commencer à huiler les articulations de tes doigts Very Happy et les poser sur le clavier. study Shocked

Je t'embrasse bien fort, ainsi que tous. I love you I love you I love you


teckaël sunny

, et: , TECKAËL !

Je vais donc reprendre mes post sans prétention sur la Méditation.

Mais tu sais, je pense qu'il ne s'agit pour personne "de confondre" la Spiritualité, avec la Religion.
Les Religions étant composées de doctrines: Elles mêmes constituées par un ensemble de dogmes.
... Alors que notre Spiritualité est le fondement même de notre Foi.

Voici d'ailleurs quelques précisions encyclopédiques sur les mots "RELIGION", et "SPIRITUALITE", que j'ai trouvées interessantes!:

1) RELIGION:

"La religion est l'ensemble des croyances, sentiments, dogmes et pratiques qui définissent les rapports de l'être humain avec le sacré ou la divinité. Une religion particulière est définie par les éléments spécifiques à une communauté de croyants : dogmes, livres sacrés, rites, cultes, sacrements, prescriptions en matière de morale, interdits, organisation, etc. La plupart des religions se sont développées à partir d'une révélation s'appuyant sur l'histoire exemplaire d'un peuple, d'un prophète ou d'un sage qui a enseigné un idéal de vie.
Le mot religion est dérivé du latin "religio" (ce qui attache ou retient, lien moral, inquiétude de conscience, scrupule) utilisé par les romains, avant Jésus Christ, pour désigner le culte des démons.

L'origine de "religio" est controversée depuis l'antiquité. Cicéron le dit venir de "relegere" (relire, revoir avec soin, rassembler) dans le sens de "considérer soigneusement les choses qui concernent le culte des dieux".
Plus tard Lucrèce, Lactance, Tertullien voient son origine dans "religare" (relier) pour désigner "le lien de piété qui unit à Dieu".
Initialement utilisé pour le christianisme, l'emploi du mot religion s'est progressivement étendu à toutes les formes de manifestation sociale en rapport avec le sacré.

Pour Aristote (384-322 av. JC), la science de la théologie a pour objet les êtres "séparés" de la matière et les "moteurs immobiles" qui permettent à toute chose de se mouvoir. Cette science du divin ou métaphysique cherche à connaître les principes premiers et causes de toutes choses. La pensée d'Aristote sera jusqu'à la fin du Moyen Age le fondement de la philosophie chrétienne.

Le rationalisme du XVIIe siècle professe l'autonomie de la raison, par rapport à la foi, pour la recherche de la vérité. Descartes (1596-1650) a toujours voulu concilier les intérêts de la science et ceux de la religion. En écrivant "Dieu c'est-à-dire la nature" Spinoza (1632-1677) identifie la divinité au "tout" du monde réel, contrairement à l'anthropomorphisme religieux classique qui fait de Dieu un créateur, distinct du monde, agissant selon un objectif. Il défend l'indépendance des pouvoirs religieux et politique et la liberté de philosopher.

L'athéisme philosophique du siècle des Lumières (Helvétius, Holbach, Diderot, La Mettrie…) développe une forte hostilité envers les religions, leurs dogmes et leurs révélations. Il propose une explication matérialiste du monde. Les religions sont considérées comme des tromperies au profit d'intérêts sociaux ou politiques.

Kant (1724-1804) dans "Le discours de la raison pure" rend vaine le recherche de preuve ontologique de l'existence de Dieu. Comme toutes les questions de métaphysique, Dieu n'est plus un objet de connaissance, mais relève de la croyance. Dieu est une idée transcendantale de la raison.

Au XIXe siècle, Feuerbach (1804-1872), Marx (1818-1883), Nietzsche (1844-1900) voient dans la religion une manifestation de l'ignorance et de la crédulité, une illusion. Dieu n'est qu'une projection hors de l'être humain des aspirations les plus profondes de l'homme.
Pour Marx, c'est la frustration sociale qui est la cause de l'aliénation religieuse en projetant l'idéal humain dans l'imaginaire. La religion a un effet tranquillisant, stupéfiant ("opium du peuple") par rapport à la réalité misérable. Elle est donc une solution illusoire et n'est pas une solution réelle aux difficultés et aux souffrances.
Nietzsche attribue les effets néfastes et morbides de la société religieuse à la hantise du péché.

Au début du XXe siècle, Freud (1856-1939) énonce que la religion est une névrose obsessionnelle de l'humanité dans laquelle Dieu est l'image du père sous la protection duquel l'homme se place. Se détourner de Dieu ("le meurtre du père") est une des phases inexorables du développement de l'humanité.

L'approche sociologique de la religion considère qu'elle ne consiste pas uniquement à l'expression irrationnelle de la conscience ou à une étape primitive du développement de l'humanité, mais à une caractéristique essentielle de la société. Pour Emile Durkheim (1858-1917), elle est une manifestation de la société antérieure à chaque homme et une expression des normes et des valeurs de la collectivité. Pour Max Weber (1864-1920), les pratiques religieuses sont fondées sur le charisme, qualité extraordinaire d'un personnage considéré comme envoyé par Dieu ou comme un exemple.

Toutes ces analyses sont intéressantes et donnent des éclairages différents de la religion. Mais elles sont forcément réductrices compte tenu de la complexité du sentiment religieux, comme tout ce qui concerne la sociologie et la psychologie.

2) La "SPIRITUALITE":

La notion de spiritualité (du latin spiritus, esprit) comporte aujourd'hui des acceptions différentes selon le contexte de son usage. Elle se rattache traditionnellement à la religion dans la perspective de l'être humain en relation avec un être supérieur (Dieu) et le salut de l'âme.

Elle se rapporte, d'un point de vue philosophique, à l'opposition de la matière et de l'esprit, ou encore de l'intériorité et de l'extériorité.
Elle désigne également la quête de sens, d'espoir ou de libération, et les démarches qui s'y rattachent (initiations, rituels, développement personnel, New Age).
Elle peut également, et plus récemment, se comprendre comme dissociée de la foi en Dieu, jusqu'à évoquer une « spiritualité sans dieu ».
Elle désigne parfois des aspects esthétiques dans la littérature.

Bien que les aspirations et pratiques spiritualistes se soient développées de façon souvent très normative (dans le cadre d’Églises établies, ou de rites traditionnels) au point de rendre les termes religion et spiritualité synonymes pendant plusieurs siècles, la notion de spiritualité s'applique en fait et désigne des croyances et comportements humains universels antérieurs aux religions historiques, liés à l'espoir d'une survie après la mort physique, à une notion plus ou moins apparentée à celle de l'âme, en tant qu'entité cohérente et indépendante du corps, ainsi qu'à des rites propitiatoires proches du chamanisme (pour appeler une bonne chasse, de bonnes récoltes etc., voir les rites funéraires préhistoriques). Certains y ont vu une simple expression de l'instinct de survie, voire un moyen de ne pas se confronter à la réalité de notre condition de mortels; selon d’autres, elle révèle la mémoire intrinsèque de l’immortalité de l’âme.
SI TOUTE RELIGION EST FONDEE DANS UNE SPIRITUALITE, TOUTE SPIRITUALITE N'EST DONC PAS UNE RELIGION !!!

Selon certains auteurs, la distinction se ferait ainsi : il y aurait dans la religion une perspective collective; et dans la spiritualité une démarche plus individuelle.

La spiritualité dans le cadre de la religion

La spiritualité religieuse est généralement associée à l'aspiration à se « relier » (du latin religare, racine possible du mot religion). Il s'agit alors essentiellement de se relier à Dieu, au Divin, à une réalité transcendante; un lien qui conduirait, par extension, l'homme à se relier aussi à lui-même, aux autres, à la nature ou à l'univers.

Après avoir supplanté les spiritualités plus ou moins déstructurées du paganisme ou de l'animisme, les spiritualités juive, bouddhique, chrétienne, musulmane, se sont développées sans véritable concurrence pendant de nombreux siècles, jusqu'au siècle des Lumières.
Dans tous les pays où ces religions n'étaient pas parvenues à s'imposer, des spiritualités locales ont cependant continué à se développer.

La notion « d'expérience spirituelle »

La spiritualité n'est pas limitée à une démarche conceptuelle ou dogmatique.

L'expérience spirituelle (ou expérience mystique), par la recherche d'intériorité, de connaissance de soi, de transcendance, de sagesse, ou de dépassement des limitations de la condition humaine, est indissociable de la démarche intellectuelle.

C'est pourquoi la spiritualité débouche généralement sur des démarches corporelles, émotionnelles et mystiques, cherchant à générer une expérience transcendante, une relation (selon l'une des étymologies de religion) avec Dieu, le Soi, la Conscience, l’Âme, le Monde, le Devenir etc. Pour certains, le but de la spiritualité est une exploration profonde de l'intériorité, conduisant à l'éveil spirituel, une conversion intime, ou l'accession à un état de conscience modifié et durable.

a spiritualité hors du cadre des religions


La spiritualité, en tant qu'expression d'une aspiration aussi ancienne que l'humanité, existait avant les institutions religieuses.
Après plusieurs siècles d'une spiritualité presque exclusivement religieuse, l'émergence de la philosophie, le déclin de l'adhésion aux grands courants religieux, et le passage à la société postmoderne ont conduit une partie des « croyants » à revendiquer à nouveau une spiritualité sans appartenance à une institution religieuse, exprimant, par exemple, une préférence pour l'humanisme (pouvant relever de l'athéisme ou non). Une autre origine de cette transformation se trouverait dans le fait que par la sécularisation de la société, le « religieux » place une importance plus grande sur la spiritualité, jusqu'à la recherche d'expériences mystiques individuelles, alors qu'auparavant, « dans la société plus marquée religieusement, la demande va plutôt dans le sens d’une religion plus mondaine ».

Mais c'est surtout à partir de la seconde moitié du XXe siècle que se développent des approches spirituelles non religieuses, avec le New Age, l'adoption par l'Occident des pratiques orientales, souvent dissociées de la religion qui les contenait, et les psycho-spiritualités.

Françoise Champion qualifie cette émergence des nouveaux mouvements religieux de « nébuleuse mystico-ésotérique », caractérisée, selon Claude Rivière par « la primauté accordée à l’expérience personnelle et à la voie spirituelle de chacun, l’inclusion de la santé (thérapie, guérison) et du bonheur ici-bas dans la visée du salut, une conception moniste du monde sans séparation du naturel (écologisme), du surnaturel, de la science, de la religion et des pratiques magiques populaires ou ésotériques. »

Dans le discours des pratiquants de diverses spiritualités postmodernes, on retrouve deux tendances principales « se connecter à son soi profond (se relier à soi) ou se rapprocher de l’autre (se relier à l’extérieur de soi) ».
La fonction de la démarche spirituelle est alors de « se rattacher avec ferveur à l’autre, au sens large du terme : que ce soit à Dieu (pour une connexion verticale, Ellison, 1983), à un proche, aux morts, à la nature ou à une cause (pour une connexion horizontale) ».
Mais dans l’absence du cadre strict des dogmes religieux, la spiritualité s'élargit à des champs nouveaux, par lesquels sont parfois qualifiés de « spirituels » des actes comme « payer à manger à un SDF et ensuite manger avec lui, parler avec lui pour lui faire du bien » ou « aider des enfants en difficultés scolaires » ou partager « des moments intenses avec ses enfants, ses proches, pour être liés à eux » ou encore « être en harmonie avec la nature ».

Parmi ces nouvelles émergences, une mouvance se distingue des autres et se fait appeler spiritualité laïque.
La spiritualité laïque conçoit l'existence d'une « intuition spirituelle qui fédère l'humanité toute entière » capable de « développer» une véritable « Science spirituelle » et une « Spiritualité scientifique ».
Elle se dit issue d'une « démocratisation de la spiritualité » aboutissant à une « spiritualité séculière affranchie du contrôle religieux institutionnel ». Le philosophe Vladimir Jankélévitch tentait d'approcher ainsi, à la suite de Bergson, au plus près de ce qu'il percevait comme les fondamentaux d'une spiritualité humaine, ou d'une « philosophie première », proche de la conception bouddhiste.

Le bouddhisme exprimait en effet, à son émergence, le besoin d'une régénération de la spiritualité hors des dogmes du Védisme dominant en Inde. Encore aujourd'hui, selon Matthieu Ricard, interprète français du 14e Dalaï Lama: « (le Dalaï-Lama) très attaché à la notion de «spiritualité laïque », déclare que « la religion est un choix personnel et que la moitié de l’humanité n’en pratique d'ailleurs aucune et qu'en revanche les valeurs d’amour, de tolérance, de compassion prônées par le bouddhisme concernent tous les humains, et cultiver ces valeurs n’a rien à voir avec le fait d’être croyant ou non ». »

Le néo-paganisme du XXe siècle est une résurgence des croyances et pratiques, plus ou moins revisitées, qui précédaient le christianisme avant la fin du IVe siècle.

Spiritualité en philosophie:

La philosophie est une approche qui repose, en principe, sur la raison.

La spiritualité est fondée sur la notion plus évasive et aléatoire de l'« expérience intérieure » ou de la croyance.
Pour le philosophe, le discours devrait toujours faire référence à une expérience possible (Kant) et ne jamais spéculer sur du vide.
La philosophie concerne plutôt la « pensée » là où la spiritualité s'intéresse à l' « Esprit », dans le sens spiritualiste du terme. Bien que pour Spinoza, il existe cependant quelque chose de l'ordre de l'intuition (ou de l'évidence (Descartes)), donc pas seulement de l'expérience empirique, et conduisant à la vérité; pour le philosophe, en général, la spiritualité est une notion valide, aussi longtemps qu'elle ne fait pas «référence à des croyances, religieuses ou autres » et qu'elle se définit comme « l’incidence de la vérité (comme telle).

Combinaison des spiritualités et de la psychothérapie

Dans les doctrines comme le soufisme, le taoisme, l'hindouisme, le bouddhisme, l'être humain est considéré comme souffrant du déséquilibre de ses émotions, de ses fixations mentales, de ses « mémoires » (vāsanā et saṃskāra en sanscrit) et du manque d'harmonie entre les différentes composantes de l'être : l'intellect, le corps, la parole etc.

La « guérison spirituelle » est généralement recherchée avec l'appui et l'encadrement d'un maître, d'un guide, dénommé "lama, gourou ou cheykh" selon les traditions.

Au travers de la relation entre le disciple et le maître, ce dernier jouait parfois le rôle d'un thérapeute avant l'heure, et le disciple était proche du « patient » de la médecine moderne.
Cette approche spirituelle reste cependant limitée aujourd'hui aux régions du monde où la relation de maître à disciple est perçue comme une composante naturelle des relations humaines.

Mais le psychothérapeute a fini par jouer un rôle similaire (qui a d'ailleurs, en France, conduit à l'élaboration d'une loi dans le but que la profession soit mieux encadrée et que le psychothérapeute se confonde moins avec l'image du gourou).

L'expérience des groupes des alcooliques anonymes a souvent été donnée en exemple ou, alternativement, montrée du doigt, comme une combinaison de psychothérapie et de spiritualité.

Dans les pays occidentaux, quelques psychanalystes en vinrent à penser que certaines pathologies pourraient ne pas trouver de résolution par l'analyse seule.

Après avoir montré le rôle important de la société dans la névrose, l'analyse débouchait parfois sur des problèmes qualifiés de « spirituels ». Certains psychanalystes, dont Jung, se tournèrent vers l'étude de pratiques issues de religions traditionnelles afin de « guérir l'âme ».
Ainsi, dans les années 60, les travaux de Jung avec la collaboration d'Abraham Maslow, d'Assagioli entre autres, en collaboration avec des scientifiques et des moines bouddhistes, ont donné naissance à la psychologie transpersonnelle.

Le New Age, syncrétique, éclectique, a contribué à brouiller les signes religieux traditionnels en développant une spiritualité sans frontière ni contours bien définis.
L'usage des psychothérapies les plus diverses (ainsi que des médecines non conventionnelles) y est dominant.
La séparation traditionnelle entre le conseil spirituel et le conseil thérapeutique y est souvent gommée."
(FIN DE CITATION)

... Comme on le voit dans tout ce qui est énoncé ici, si une Religion repose sur des rites, ou sur des dogmes plus ou moins immuables: La Spiritualité de chacune et de chacun, au sein d'une Religion, ou non, est "UNE", bien qu'elle puisse être vécue différemment.

"MA" technique de Méditation est universelle: Elle n'est que "MA PROPRE" adaptation aux préceptes du RAJAH YOGA, qui existent, et sont pratiqués par des milliers de gens, depuis des temps immémoriaux.

Si le Yoga était une Religion (Ce qu'il n'est pas!), je serais contraint, (comme c'est le cas, par exemple pour cette Merveilleuse, et infiniment respectable "école" de la Paix, de l'équanimité, de la Sagesse et de la non-violence qu'est le Bouddhisme!) de me conformer impérativement à des rites, et à des des dogmes qui lui seraient spécifiques.

Ce n'est pas le cas: Puisque le Yoga est avant tout, pour chacun, une "Liberté de choix!"

Si je me réfère à des Prières et à des dogmes propres à la religion Catholique: C'est d'abord parce-que je les connais bien; ensuite, c'est parce qu'ils me sont utiles comme "concepts; comme "simples" "support", à mon élévation Spiriruelle.

C'est un peu, vois-tu, comme un plongeur qui prend son élan: Ainsi je considère la Prière conventionnelle,( ainsi que certains dogmes!), comme un "tremplin"... Qui nous permet de plonger au plus profond de nous-memes; au plus profond de nottre vie Intèrieure!

Il n'est donc là aucune question de "convertir", ou d'exiger un renoncement quelconque de personne à ses croyances, à sa Foi, à sa religion, etc.: Du fait, que, comme je l'ai dis, IL NE S'AGIT QUE DE MA PROPRE METHODE de Méditation; qu'il appartient ensuite à chacun de modifier, (ou de changer radicalement s'il le souhaite!), en l'adaptant à sas propres croyances, à son psychisme, à son tempérament, à son "vécu", etc. Ce dernier point étant de toute manière assez peu important: Puisque l'essentiel reste "l'évolution Spirituelle", qui, elle, n'est emprisonnée dans aucun dogme, ni aucune croyance!

Ainsi Lao Tseu affirmait-il : "Il y a plusieurs voies pour parvenir à la Vérité; nous en essayons une; puis une autre... Jusqu'à ce que nous réalisions qu'en réalité, il n'y a aucune voie, puisque... NOUS SOMMES NOUS-MEMES LA VOIE"!

... La Méthode que je propose est une voie parmi d'autres. Chacun est entièrement libre ou non d'y adhérer, à fond ou partiellement; ou encore pas du tout!
(Mais nous n'en sommes pas encore là!)

Je te remercie sincèrement de me faire Confiance! Sois assuré que je ne suis ni un charlatan, ni un Guru, ni un "maître Spirituel", ni rien de ce genre: Mais seulement un homme simple qui propose de partager seulement avec d'autres, qui pourraient en etre interessés, sa propre expèrience!

Je me rendrai donc sur cette nouvelle rubrique que tu as créée: En faisant le voeux que toute nos expèriences personnelles de Méditation se rejoignentt: En nous apportant, à toutes et à tous, un enrichissement mutuel; de l'Optimisme, plus de "Positif", dans nos vies: La Paix, la Joie et le BONHEUR!

Je t'embrasse moi-aussi très fort: Et te souhaite, comme à toutes et à tous la plus heureuse journée!

GG




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De la considération de la misère humaine :   

Revenir en haut Aller en bas
 
De la considération de la misère humaine :
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE LA CONSIDÉRATION. (PAR SAINT BERNARD)
» Considération sur la psychologie et la sociologie.
» Animind du 29 avril au 1er mai - Gard (30) : relation homme-animale
» Bébé éprouvette
» Le devoir d'un musulman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
source, spiritualité, social :: Chemins Spirituels :: Spiritualité-
Sauter vers: